Bannière
Bannière
Mardi 19 Septembre 2017
Nous avons 40 invités en ligne
+++++++++++ BIENTÔT !!!... un nouveau site internet... plus clair... plus spacieux... et plus dynamique ! ++++++++++

La pratique de l'aviron est une excellente manière d'entraîner son cœur. Encore faut-il suivre quelques consignes élémentaires afin d'éviter tout incident, des consignes qui peuvent de surcroît revêtir de nombreuses vertus thérapeutiques.

Explications à cœur ouvert

 Par Anne-Lise POLACK avec le Docteur Gérard LAGRANGE
(L'Aviron magazine n°624 – juillet 2002)

La pratique de l'aviron est une excellente manière d'entraîner son cœur. Encore faut-il suivre quelques consignes élémentaires afin d'éviter tout incident, des consignes qui peuvent de surcroît revêtir de nombreuses vertus thérapeutiques. 

Les accidents cardiaques font partie des risques de toute pratique sportive. L'aviron, par, la puissance et l'endurance qu'il nécessite, demande au cœur de fournir un gros effort qui demande à être maîtrisé. Il faut donc rester vigilant. La pratique du haut niveau et de l'aviron loisir ne répondent pas aux mêmes exigences. Les cœurs des rameurs de haut niveau font l'objet d'un suivi régulier et les règles d'hygiène imposées sont telles que les incidents cardiaques sont rarissimes. 

Quels sont les risques ? 

Le schéma est simple : moins l'effort fourni est adapté aux capacités du rameur, plus les risques augmentent. Chez le sportif entraîné, le cœur, la circulation et les muscles s'associent pour répondre à l'effort ; le sujet non préparé va compenser ce que les muscles ne font pas, par l'augmentation du travail cardiaque, le cœur est ainsi plus en risque.

Le plus exposé ? Un ancien rameur qui a laissé de côté l'aviron durant quelques années et décide un beau jour de « s'y remettre » en imaginant être, à cinquante ans, mieux encore que ce qu'il était à vingt. La frustration de se voir diminué incite ce nouveau sportif à « se mettre dans le rouge ». Au contraire, il doit mener sa reprise progressivement puis se maintenir en forme en assurant deux à trois heures d'entraînement par semaine. Course à pied, vélo, ergomètre, natation, marche, ski de fond : les exercices sont légions.

Autre danger : ramer avec des sportifs bien meilleurs que soi. Là encore, l'humilité est indispensable, s'entraîner par groupes de niveau est alors bien plus sain.

Les rameurs souffrant de pathologies cardiaques méconnues ou connues et non suivies, sont également exposés au danger. Les examens d'évaluation et de dépistage existent, il faut les demander. À l'inverse, les cardiaques suivis peuvent poursuivre. Cela leur est même conseillé, bien sur avec bon sens et raison.

En quoi ramer est-il bon pour la santé ?

Les cardiologues du sport sont unanimes : l'activité physique, dont l'aviron, est recommandée aux insuffisants coronariens.

• À même charge de travail, le sujet entraîné économise son cœur, par un rendement musculaire plus rentable, son niveau de stress adrénergique (source de danger pour le cœur) est moindre.

• L'effort suffisamment soutenu consomme des sucres et des graisses, bien souvent en excès pour nombre d'entre nous. L'activité physique fait alors partie intégrante d'une perte de poids programmée.

• L'aviron est aussi un sport de souplesse, on l'oublie trop souvent. Les étirements sont bons à tout âge et plus on est souple, moins les muscles demandent au cœur de travailler.

• Enfin, ramer reste excellent pour la santé mentale. L'aviron est un sport qui se pratique entre copains. La dynamique de groupe est un excellent stimulant pour veiller sur son hygiène de vie. On vantera vos efforts, on plaisantera sur votre tour de taille avant de tous ensemble, décider du meilleur restaurant de la ville. Il n'y a pas meilleur conseiller que son coéquipier.

 



aviron et santé

partenaires

JoomlaWatch 1.2.12 - Joomla Monitor and Live Stats by Matej Koval